• TOP
  • 人 Gens

番組紹介 Présentation de l’émission

人 Gens

Un point commun inattendu entre l’artiste peintre Amano Yoshitaka et des techniques artisanales traditionnelles

Des personnages du jeu Final Fantasy, qui connaît un succès retentissant dans le monde entier, jusqu’à Hutchy en passant par Doronjo, de l’anime Yatterman, Amano Yoshitaka a imaginé de nombreux personnages célèbres qui lui ont valu une renommée internationale.

En 1995, c’est en France qu’est organisée la première exposition d’envergure sur son travail.
Les deux expositions suivantes ont eu lieu à New York.
Dès lors, la réputation de M. Amano ne cesse de croître.
En recevant de nombreux prix à l’étranger, Amano Yoshitaka assoit sa notoriété en tant que dessinateur d'heroic fantasy. Dans l’émission, vous découvrirez où il puise trouve son inspiration pour créer son monde fantastique si particulier.

Depuis son enfance, M. Amano adore dessiner.
Autodidacte, il n’a fréquenté aucune école d’art.
C’est à l’âge de 14 ans, à l’occasion d’une visite d’étude au studio d’animation Tatsunoko Production, qu’en montrant un de ses dessins il a été embauché sur-le-champ.
Il entre, l’année suivante, dans la section de création des personnages et donne le jour à un grand nombre de personnages qui remporteront un franc succès dans le monde entier.

Qu’en est-il exactement de son jeu de couleurs ?
Son père était artisan laqueur, ce qui fait qu’Amano a grandi dans une maison entourée d’objets artisanaux aux couleurs et au lustre bien particulier.
On retrouve d’ailleurs les couleurs traditionnelles de la laque, le rouge, le noir et de doré, dans les œuvres de M. Amano.
Nul doute que cette utilisation des couleurs permet de faire ressentir au public du monde entier tout l’esthétisme japonais.

Au fur à mesure de l’entretien avec M. Amano, c’est une nouvelle caractéristique de la conception de ses œuvres qui commence à apparaître.
Il se trouve qu’une exposition d’envergure consacrée à son travail doit avoir lieu à Kumamoto la semaine suivante. Pourtant, cette toile qui lui tient tant à cœur est toute blanche.
Mais où se trouvent donc celles qu’il a terminées ?

« Mais où sont donc vos œuvres terminées ? »
Amano « Il y a un atelier qui réalise les finitions de carrosseries de voitures. On applique à mes toiles la même protection que pour ces carrosseries. »

Ainsi, on apprend que les œuvres de M. Amano sont vernies telles une carrosserie de voiture !

En vernissant les tableaux en une seule fois, les couleurs perdraient de leur éclat.
C’est donc la raison pour laquelle 4 couches de vernis sont vaporisées, puis poncées. Cette étape est répétée 4 ou 5 fois, et petit à petit, une couche de protection transparente se forme.
Eh oui… Cette façon de procéder ressemble fortement à la méthode de dépose traditionnelle de la laque qu’effectuait son père.

« Cela ressemble aux techniques de laquage, non ? »
Amano « On retrouve peut-être effectivement ce style japonais. Pour la laque aussi, on répète l’opération plusieurs fois. »

M. Amano n’avait pas pris conscience que l’origine de la beauté de ses œuvres se trouvait dans les techniques traditionnelles de laque japonaise.
Quels défis M. Amano, la figure de proue de l’heroic fantasy dans le monde, va-t-il maintenant relever ?

page top